AccueilLe projetMode d’emploiRecherche avancéeQui sommes-nous ?Contacts est

Mode d’emploi du dictionnaire

(Contenu et structure des articles)


Le GDEF est un dictionnaire bilingue monosens (estonien -> français) qui vise à satisfaire aussi bien les besoins des estonophones souhaitant s’exprimer en français que ceux des francophones désireux de comprendre des mots ou des phrases en estonien.
Pour utiliser correctement le dictionnaire, il est important de comprendre certains des principes qui président à sa rédaction et de savoir quels types d’informations on peut trouver dans les articles.


1. Vedettes
2. Morphologie et catégorie grammaticale
3. Équivalents
4. Exemples
5. Locutions
6. Registres de style
7. Domaines de spécialité
8. Liste des abréviations

1. Vedettes

1.1. Choix des vedettes

• La nomenclature (ensemble des mots vedettes) du GDEF vise à refléter la majeure partie du lexique estonien contemporain, y compris les termes spécialisés les plus courants. Sauf exception, seuls les mots dont l’utilisation est réellement attestée ont été inclus. Les articles sont ajoutés à la version consultable en ligne au fur et à mesure de leur validation.

• Les mots composés sont pour nous des mots à part entire, qui méritent de faire l’objet d’un article spécifique, et non d’être traités dans l’article consacré à l’un de leurs constituants, comme c’est le cas dans un certain nombre de dictionnaires estoniens actuels. Nous les présentons donc comme des vedettes, à leur place dans l’ordre alphabétique.

• Nous donnons également comme des vedettes des mots dérivés réguliers (déverbaux en -mine et en -ja, adverbes en -lt), généralement écartés des dictionnaires estoniens en raison de la régularité de leur formation et de leur sens. Ces mots méritent d’être inclus dans un dictionnaire bilingue estonien-français. En effet, si leur sens est prévisible, leur équivalent, lui, ne l’est pas, car la dérivation française n’est pas aussi régulière que la dérivation estonienne.

• Les verbes à particule, formés par la réunion d’un verbe simple et d’une particule adverbiale, font l’objet d’un article spécifique et sont classés dans l’ordre alphabétique d’après leur élément verbal. En revanche, les locutions verbales, formées par la réunion d’un verbe simple et d’un élément nominal, sont traitées comme des locutions dans l’article consacré à leur élément nominal.

• Dans sa version actuellement en ligne, le GDEF ne contient pas de noms propres.

1.2. Homographes

Les homographes (mots de sens différents mais de forme identique), sont suivis d’un chiffre et d’une indication sémantique qui permet de les distinguer.

2. Morphologie et catégorie grammaticale

Après le mot-vedette, nous indiquons entre crochets ses formes fondamentales, c’est-à-dire celles qui permettent de construire ses autres formes déclinées ou conjuguées, ou qui ne peuvent pas être construites à partir d’une autre forme.

2.1. Nominaux

Pour les nominaux (substantifs et adjectifs), les formes fondamentales sont, dans l’ordre : 1) le nominatif singulier, 2) le génitif singulier, 3) le partitif singulier, 4) l’illatif bref singulier, 5) le génitif pluriel, 6) le partitif pluriel. Si l’une de ces formes n’existe pas (c’est surtout le cas pour l’illatif bref), elle est remplacée par un tiret. Une virgule sépare les formes du singulier de celles du pluriel.

2.2. Verbes

Pour les verbes, les formes indiquées systématiquement sont : 1) le premier infinitif, que les grammaires estoniennes appellent « infinitif en -ma », 2) le deuxième infinitif ou « infinitif en -da », 3) la 3e personne du singulier du présent de l’indicatif, 4) le participe passé passif. Pour certains verbes, on indique également, en 5e position, la 3e personne du singulier du prétérit, et en 6e position la 2e personne du pluriel de l’impératif. Pour certains d’entre eux, on indique en outre, en 7e position, la forme de la personne indéterminée au présent de l’indicatif. Une virgule sépare les quatre premières formes des suivantes.

2.3. Signes conventionnels

Pour les nominaux comme pour les verbes, les formes parallèles (variantes) sont séparées par une barre oblique.
Pour les mots composés, les formes fondamentales indiquées sont celles du dernier composant. La forme du nominatif est alors précédée du signe +.
La transcription indique également :
- les syllabes à la 3e durée (signe ‘ placé devant la voyelle de la syllabe concernée) ;
- la place de l’accent tonique dans les mots d’origine étrangère où il n’est pas prévisible d’après la forme du mot (signe ` placé devant la voyelle accentuée).

2.4. Catégorie grammaticale

Après les formes fondamentales de la vedette, nous indiquons la catégorie grammaticale de celle-ci. Lorsqu’une vedette et ses formes relèvent de plusieurs catégories grammaticales (par exemple adjectif et substantif, adverbe et postposition, etc.), chacune d’elles fait l’objet d’une subdivision spécifique de l’article, identifiée par un chiffre romain (sauf si les équivalents sont exactement les mêmes quelle que soit la catégorie grammaticale).

3. équivalents

3.1. Choix des équivalents

Le GDEF se veut avant tout un dictionnaire de traduction. Pour un mot estonien donné, nous n’avons pas cherché à dresser la liste de tous les mots français de même sens, mais simplement à fournir les moyens de le traduire de la façon la plus naturelle qui soit. Notre principale ambition est de donner des équivalents français réellement utilisables pour traduire les principaux sens des mots estoniens dans la majorité de leurs contextes d’emploi. L’employabilité des équivalents est garantie par le fait que le GDEF est élaboré à l’aide d’un corpus parallèle (vaste ensemble de textes estoniens ou français mis en correspondance segment par segment avec leur traduction dans l’autre langue). Le GDEF est le premier et à ce jour le seul dictionnaire estonien-français fondé sur un tel corpus.
Lorsqu’un mot estonien ne peut pas se traduire de façon simple par un mot ou un groupe de mots français, nous essayons malgré tout de suggérer des solutions de traduction (approximations ou reformulations) par le biais des exemples (voir plus bas).

3.2. Indications grammaticales concernant les équivalents français

• Les mots français commençant par un h aspiré sont précédés d’un astérisque.

• Les substantifs sont assortis de l’indication de leur genre et, s’il y a lieu, d’indications concernant leur nombre (pour signaler les substantifs au pluriel ou invariables).

• Nous indiquons entre parenthèses les formes du pluriel pour tous les substantifs et les adjectifs dont le pluriel ne se construit pas mécaniquement en ajoutant un s à la forme du singulier et qui ne sont pas déjà terminés en s au singulier.

• Nous indiquons entre parenthèses la forme du féminin pour les adjectifs dont le féminin ne se construit pas simplement en ajoutant un e à la forme du masculin et qui ne sont pas déjà terminés en -e au masculin.

• Pour les substantifs masculins désignant des êtres vivants, nous n’indiquons pas entre parenthèses le substantif féminin correspondant. Nous considérons en effet celui-ci comme un équivalent distinct et nous l’indiquons comme tel, sur le même plan que l’équivalent masculin.

• Dans la version actuellement en ligne, les verbes ne sont pas encore assortis d’indications grammaticales.

3.3. Indications d’emploi

Lorsqu’un mot estonien peut se traduire par plusieurs équivalents français qui ne sont pas interchangeables dans la majorité des contextes, nous nous sommes efforcés de guider l’utilisateur estonien vers l’équivalent le plus adapté, au moyen d’un système hiérarchisé d’indications.
Un premier type d’indication réside dans la séparation des différents sens du mot estonien: ceux-ci sont alors présentés dans des blocs numérotés débutant par une indication sémantique en italiques (synonyme ou courte définition).
Pour un sens donné de la vedette, le choix de l’équivalent peut également être guidé par des indications entre parenthèses correspondant à des nuances de sens plus fines ou à des contextes d’emploi.
Enfin, un équivalent peut aussi être précédé (entre crochets) par un ou plusieurs mot(s) utilisé(s) de façon courante avec le mot-vedette (collocations) : ce type d’indication signifie que l’équivalent s’utilise pour traduire la vedette lorsque celle-ci est utilisée en association avec le mot entre crochets.

3.4. Rections

Pour permettre à l’utilisateur estonien d’employer dans une phrase l’équivalent français, nous indiquons, lorsque cela est nécessaire, la rection de celui-ci, c’est-à-dire la préposition qu’il convient d’utiliser pour former l’un de ses compléments typiques. Lorsque la nature ou le sens de ce complément n’est pas évidente, nous la précisons en donnant également la rection estonienne correspondante (c’est-à-dire le cas utilisé pour former ce complément en estonien).

3.5. Explications

Lorsque le mot-vedette estonien ne possède pas d’équivalent en français, nous fournissons (en italiques) une explication destinée à faire comprendre le sens de ce mot à l’utilisateur francophone. Cette explication ne peut pas s’utiliser telle quelle pour traduire le mot estonien.

4. Exemples

• Le GDEF se distingue de la plupart des dictionnaires bilingues estoniens par sa richesse en exemples. Ceux-ci remplissent des fonctions diverses.
1) Ils illustrent et précisent les sens et les emplois de la vedette ou des ses équivalents.
2) Ils peuvent illustrer des rections de la vedette ou de ses équivalents, notamment lorsque celles-ci ne se laissent pas résumer sous la forme d’une simple préposition.
3) Ils permettent de proposer des solutions de traduction pour certains emplois ou contextes particuliers, notamment ceux dans lesquels la vedette se traduit autrement que par l’un des équivalents donnés plus haut.
4) Ils permettent d’indiquer et de traduire des termes spécialisés composés de plusieurs mots et comprenant le mot vedette.
5) Ils permettent d’expliquer ou de traduire des proverbes estoniens courants, susceptibles de se rencontrer dans un texte ou dans la conversation. Les proverbes estoniens, ainsi que les éventuels proverbes français équivalents, sont précédés de l’abréviation vs.

• Pour certains exemples, nous donnons plusieurs variantes de traduction. Des parenthèses signalent les éléments facultatifs. Une barre oblique sépare deux mots pouvant être substitués l’un à l’autre. Des variantes différant par plus d’un mot sont données en entier à la suite l’une de l’autre, séparées par une virgule.

• Lorsqu’un exemple estonien possède plusieurs sens différents, ceux-ci sont traduits séparément. Chaque traduction est alors précédée d’un chiffre arabe et d’une indication en estonien précisant le sens concerné.

• Lorsqu’un exemple est un terme botanique ou zoologique désignant une espèce, nous indiquons avant la traduction française le nom scientifique de celle-ci en latin.

5. Locutions

• En fin d’article sont regroupées, s’il y a lieu, les principales locutions contenant le mot vedette. Nous entendons par locution une expression contenant le mot vedette et dont le sens réel est différent du sens littéral (c’est-à-dire de la somme des sens répertoriés de ses constituants).

• Chaque locution estonienne est précédée d’un petit cercle. Lorsque la traduction française est elle-même une locution, elle est également signalée par un cercle.

• La répartition des locutions dans les articles du dictionnaire obéit aux principes suivants :
- une locution est traitée en priorité dans l’article consacré à son premier substantif au cas le plus proche du nominatif (selon l’ordre traditionnel des cas estoniens),
- en l’absence de substantif, la locution est traitée dans l’article consacré à son premier adjectif ;
- en l’absence d’adjectif, elle est traitée sous son premier adverbe ;
- en l’absence d’adverbe, elle est traitée sous son premier verbe.

6. Registres de style

Les mots vedettes ou certains de leurs sens peuvent relever d’un registre de style non neutre. Nous distinguons 17 registres, indiqués par les abréviations suivantes en petites capitales :
arg. = argotique
dem. = diminutif
hellitl. = affectueux
hlv. = péjoratif
hrv. = rare
iroon. = ironique
kujund. = imagé
kõnek. = familier
liter. = littéraire
lstk. = enfantin
luulek. = poétique
murd. = dialectal
nlj. = plaisanterie
oskusk. = scientifique, spécialisé
rhvk. = populaire
van. = vieilli, archaïque
vulg. = vulgaire
Ces abréviations servent également à indiquer le registre des exemples, des locutions et des équivalents français.

7. Domaine de spécialité

Lorsqu’un mot vedette ou l’un de ses sens, ou une expression dans laquelle il est utilisé, n’appartient pas à la langue courante, mais à un domaine scientifique ou technique spécialisé, nous indiquons ce domaine par une abréviation en petites capitales (voir ci-dessous la liste complète des abréviations).

8. Liste des abréviations

adj. = omadussõna = adjectif déclinable
adj.inv. = muutumatu omadussõna = adjectif indéclinable
adjf = meessoo vormita omadusõna = adjectif employé uniquement au féminin
adjm = naissoo vormita omadussõna = adjectif employé uniquement au masculin
adv. = määrsõna = adverbe
aiand. = aiandus = horticulture
aj. = ajalugu = histoire
akron. = akronüüm = sigle
anat. = anatoomia = anatomie
antr. = antropoloogia = anthropologie physique
arg = argoo = argot
arheol. = arheoloogia = archéologie
arhit. = arhitektuur = architecture
astr. = astronoomia = astronomie
aut. = autondus = automobile
bibl. = bibliograafia, raamatukogundus = bibliographie, bibliothéconomie
biol. = bioloogia = biologie
bot. = botaanika = botanique
dem. = deminutiiv = diminutif
ehit. = ehitusala = construction
el. = elekter ja elektrotehnika = électricité et électrotechnique
etn. = etnograafia = ethnographie et ethnologie
f = naissoost nimisõna = substantif féminin
farm. = farmaatsia = pharmacie
film. = filmikunst = cinéma
filos. = filosoofia = philosophie
finv = muutumatu naissoost nimisõna = substantif féminin invariable
folkl. = folkloor = folklore
fot. = fotograafia = photographie
fpl = naissoost mitmussõna = substantif féminin pluriel
füsiol. = füsioloogia = physiologie
füüs. = füüsika = physique
gen. = ainsuse omastav = génitif singulier
geod. = geodeesia = géodésie
geogr. = geograafia = géographie
geol. = geoloogia = géologie
hellitl. = hellitlev = affectueux
hlv. = halvustav = péjoratif
hrv. = harva esinev = rare
hüdr. = hüdraulika ja hüdrotehnika = hydraulique et hydrotechnique
ill. = lühike sisseütlev = illatif bref
inf. = da-tegevusnimi = 1er infinitif (infinitif en –da)
info. = infotöötlus ja küberneetika = informatique et cybernétique
interj. = hüüdsõna = interjection
inv = muutumatu omadussõna = adjectif invariable en genre et en nombre
iroon. = irooniline = ironique
jah. = jahindus = chasse
jur. = jurisprudents = droit
kal. = kalandus = pêche
keem. = keemia = chimie
ker. = keraamika = céramique
kirj. = kirjandusteadus = littérature
kõnek. = kõnekeelne = familier
konj. = sidesõna = conjonction
kujund. = kujundlik = style imagé
kul. = kulinaaria = cuisine
kunst = kujutav kunst = beaux-arts
lenn. = lennundus = aviation
lgv. = lingvistika = linguistique
liter. = literaarne, raamatukeelne = littéraire
loog. = loogika = logique
ls.osa = liitsõna esimene komponent = premier élément de mot composé
lstk. = lastekeelne = langage enfantin
lüh. = lühend = abréviation
luulek. = luulekeelne = langage poétique
m = meessoost nimisõna = substantif masculin
mäend. = mäendus = exploitation minière
maj. = majandusteadus ja majandus = économie
mat. = matemaatika = mathématiques
med. = meditsiin = médecine
meh. = mehaanika = mécanique
mer. = merendus = marine et océanographie
mes. = mesindus = apiculture
meteor. = meteoroloogia ja klimatoloogia = météorologie et climatologie
mets. = metsandus = foresterie
mf = meessoost või naissoost nimisõna = substantif pouvant être féminin ou masculin
mfinv = muutumatu meessoost või naissoost nimisõna = substantif masculin et féminin invariable en nombre
min. = mineraloogia ja kristallograafia = minéralogie et cristallographie
minv = muutumatu meessoost nimisõna = substantif masculin invariable
mpl = meessoost mitmussõna = substantif masculin pluriel
mull. = mullandus = pédologie, agrologie
murd. = murdekeelne = dialectal
müt. = mütoloogia = mythologie
muus. = muusika = musique
nahat. = nahatöötlus = travail du cuir
nlj. = naljatlev = plaisanterie
num. = arvsõna = numéral
oskusk. = oskuskeelne = terme scientifique ou spécialisé
paberit. = tselluloosi- ja paberitööstus = industrie de la cellulose et du papier
paleont. = paleontoloogia = paléontologie
part. = ainsuse osastav = partitif singulier
pat. = patendindus = brevets et propriété industrielle
ped. = pedagoogika = pédagogie et sciences de l’éducation
pl. = mitmus = pluriel
pn. = pärisnimi = nom propre
pol. = poliitika = politique et sciences politiques
põll. = põllumajandus = agriculture
postp. = tagasõna = postposition
prep. = eessõna = préposition
pron. = asesõna = pronom
psühh. = psühholoogia = psychologie
puidut. = puidutööstus = industrie du bois
qqch. = quelque chose
qqn = quelqu’un
raad. = raadiotehnika = radiotechnique
raudt. = raudtee = chemins de fer
rel. = religioon = religion
rhvk. = rahvakeelne = populaire
s. = nimisõna = substantif
side = sidendus = télécommunications
sõj. = sõjandus = domaine militaire
sotsiol. = sotsioloogia = sociologie
sport = sport ja kehakultuur = sport et culture physique
stat. = statistika = statistique
teater = teatriala = théâtre
teed. = teedeehitus ja teemajandus = voierie
tehn. = tehnika = technique
tekst. = tekstiilindus = textile
trük. = trükindus = imprimerie
ülek. = ülekantud tähendus = sens figuré
v. [sõnaliik / catégorie grammaticale] = tegusõna = verbe
v. [kasutusvihjes / dans une indication d’emploi] = või
van. = vananenud = vieilli, archaïque
vet. = veterinaaria = sciences vétérinaires
vs. = vanasõna = proverbe
vulg. = vulgaarne = vulgaire
zool. = zooloogia = zoologie